A propos des migrations et des exils, en période électorale notamment, les approximations, les mensonges et les propos les plus terrifiants semblent sans limites. Un peu comme si notre pays faisait le choix de l’ignorance volontaire et confondait sciemment réalité et fiction.

La peur de l’invasion fait recette. Migrants et exilés seraient donc des dangers potentiels et des suspects. Les populations africaines seraient un risque pour l’Europe et alimenteraient « le grand remplacement » des européens supposés d’origine, théorie complotiste promue par l’extrême droite.

Pourtant les faits sont têtus. Par exemple, 250 millions de personnes dans le monde se sont installées dans un autre pays que celui de leur naissance, soit seul 3,3 % de la population mondiale et ce taux est le même depuis 30 ans.
Hervé Le Bras et François Héran, chercheurs incontestés en matière de migrations, dénoncent régulièrement les idées fausses dans ces domaines et invitent  les dirigeants politiques à tenir sur ces sujets des paroles de raison plutôt que des discours de peur.

Aussi peut-on aisément, à l’appui de faits constatés et d’analyses argumentées, dénoncer les mensonges et les préjugés.
Non, la population européenne en 2050 ne sera pas à 25 % « d’origine » africaine.
Non, les immigrés ne prennent pas le travail des nationaux.
Non, l’ouverture des frontières n’entraine pas l’afflux de migrants.
Non, la France n’accueille pas toute la « misère du monde ».
Non, les personnes « sans-papiers » n’occupent pas de logements sociaux.

A contrario,
Oui, les migrations sont des dimensions constitutives de toute l’histoire de l’humanité et  rien n’auraient circulé sans elles, ni les cultures, ni les sciences, ni les talents, ni les biens, ni les idées, ni la démocratie.
Oui, la France accueille 8 réfugiés pour 1000 habitants quand le Liban en accueille 185.
Oui, les pays les plus pauvres accueillent 90 % des réfugiés.
Oui, une politique européenne des migrations est nécessaire, fondée sur ses principes humanistes et sur l’hospitalité.
Oui, une personne étrangère, migrante, demandeuse d’asile, réfugiée, est avant tout une personne humaine dont les droits sont garantis par des traités nationaux, européens et internationaux.

Alors pour débusquer les idées fausses, pour rétablir les faits, pour savoir de quoi nous parlons, La Cimade et la Ligue de l’Enseignement de l’Isère vous invitent le MARDI 1er MARS A LA MAISON DES ASSOCIATIONS DE GRENOBLE.

Venez discuter avec nous et affuter vos arguments pour lutter contre les idées fausses sur les migrations : https://framaforms.org/mardi-1er-mars-a-18h-soiree-lutte-contre-les-prejuges-autour-des-questions-migratoires-ligue-de

Eric FAVEY, Président de la Ligue de l’Enseignement de l’Isère
Daniel DELPEUCH & Stéphane DEZALAY, Co-Présidents de La Cimade Grenoble