Un bloc n'a pas pu etre affiché.
exception 'Zend_View_Exception' with message 'script 'front/zoom-listing.phtml' not found in path (../application/modules/newscat/views/scripts/)' in /var/www/sitefol74/library/Zend/View/Abstract.php:875 Stack trace: #0 /var/www/sitefol74/library/Zend/View/Abstract.php(783): Zend_View_Abstract->_script('front/zoom-list...') #1 /var/www/sitefol74/library/Fxc/Controller/Action/Helper/ViewRenderer.php(50): Zend_View_Abstract->render('front/zoom-list...') #2 /var/www/sitefol74/library/Zend/Controller/Action/Helper/ViewRenderer.php(942): Fxc_Controller_Action_Helper_ViewRenderer->renderScript('front/zoom-list...', NULL) #3 /var/www/sitefol74/library/Zend/Controller/Action/Helper/ViewRenderer.php(981): Zend_Controller_Action_Helper_ViewRenderer->render() #4 /var/www/sitefol74/library/Zend/Controller/Action/HelperBroker.php(171): Zend_Controller_Action_Helper_ViewRenderer->postDispatch() #5 /var/www/sitefol74/library/Zend/Controller/Action.php(512): Zend_Controller_Action_HelperBroker->notifyPostDispatch() #6 /var/www/sitefol74/library/Zend/Controller/Dispatcher/Standard.php(293): Zend_Controller_Action->dispatch('zoomListingActi...') #7 /var/www/sitefol74/library/Zend/Controller/Front.php(946): Zend_Controller_Dispatcher_Standard->dispatch(Object(Zend_Controller_Request_Http), Object(Zend_Controller_Response_Http)) #8 /var/www/sitefol74/application/bootstrap.php(21): Zend_Controller_Front->dispatch() #9 /var/www/sitefol74/public/index.php(2): require('/var/www/sitefo...') #10 {main}
Accueil > Cinéma le Méliès > À propos du Méliès > L'histoire du Méliès
Le Méliès, 40 ans d'histoire

L'histoire du Cinéma le Méliès est à l'image de l'évolution des cinémas dans toute la France, avec cependant cette ligne singulière de l'éducation à l'image portée par la ligue de l'enseignement.

 

 

un long combat pour la survie des salles uniques : l’exemple du Méliès

Genèse d’un projet

 

Depuis 1967, le Méliès, cinéma associatif, compose avec sa petite salle de 96 places dans les locaux d’un immeuble du centre-ville de Grenoble. Dès le début des années 2000, malgré son fort taux de fréquentation et la volonté de la Ligue de l’enseignement F.O.L. de l’Isère de conserver son cinéma, le Méliès est dans une impasse structurelle.
Une situation ressentie par l’ensemble des petites salles de province. En 2005, bonne nouvelle, l’opportunité de s’agrandir se dessine.

 

Quand le C.N.C. se désintéresse des “petits”


Aussi lorsqu'en 2007, le désengagement financier du C.N.C. met à mal le projet de développement, basé sur des motifs plus qu’obscurs, l’équipe du Méliès commence à sérieusement douter de son avenir et de celui du cinéma art & essai en général.

 

En 2009, grâce à leur engagement à nos côtés, le cinéma réunit enfin les fonds nécessaires et pose la première pierre de ce véritable chantier d’envergure.
Après presque 10 ans de projet, de travail et d’énergie, le Méliès arrive au terme de sa course et aux prémices d’une nouvelle aventure à la Caserne de Bonne qui commencera en même temps que l’été 2012.

Des soutiens de tous bords

 

De nombreux soutiens se manifestent alors, tant financiers que symboliques, ainsi que de nombreux spectateurs et beaucoup d'autres amis du cinéma que nous ne pouvons tous citer

 

Partenaires institutionnels : Ville de Grenoble, Conseil Général de l’Isère et Région Rhône-Alpes et associatifs (l'AFCAE, le GNCR, l'ACRIRA), …


Exploitants : Comoedia de Lyon, le Lux de Valence, etc.


Réalisateurs : Nicolas Philibert, Jean-Pierre Thorn, Bruno Dumont, Claire Simon, ...


Distributeurs : FoIimages, E.d. distributions, ASC, Tamasa Distributions, Gebeka Films


Presse nationale: Les Inrocks, Politis, Les cahiers du cinéma

 

Les origines du Méliès

 

Le mouvement de la Ligue française de l’enseignement a été crée en 1866 par Jean Macé. Ce mouvement a pour but à l’origine de lutter pour une école « gratuite, laïque et obligatoire ». C’est un mouvement, car sur tout le territoire Français (colonies y comprises) les Œuvres Laïques se regroupent en fédérations (les F.O.L. = Fédérations des Œuvres Laïques). C’est en 1925 que la Ligue Française de l’enseignement devient la Confédération de toutes ces Œuvres Laïques. La même année la Ligue française de l’enseignement change ses statuts et crée des sections spécialisées dans tous les domaines des loisirs (qui ont toujours pour vocation d’éduquer le peuple aux valeurs citoyennes, laïques de la République Française). En 1930 la Ligue est reconnue d’utilité publique.


 
Ces différentes sections sont :


> L’UFOLEP (Union Française des Œuvres Laïques d’éducation Physique) regroupant des clubs sportifs ouverts à tous
> L’USEP (Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré) qui permet à des centaine de milliers d’enfant de pratiquer le sport à l’école
> L’UFOLEA (Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Artistique) qui rend accessible au plus grand nombre la pratique du chant choral, du théâtre, de la danse, de la musique, de la peinture, de la photo, etc
> L’UFOCEL (Union Française des Office du Cinéma Éducateur Laïque) qui se renomme ensuite en UFOLEIS (Union Française des Œuvres Laïques d’éducation à l’Image et au Son.
> L’UFOVAL (Union Française de Vacances Laïques) qui permet au plus grand nombre d’enfants et d’adolescent de partir en colonies de vacances.


 
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la Ligue et son mouvement sont dissouts par le gouvernement de Vichy et renaissent de leurs cendres à l’issue de la Guerre.


 
La Fédération des Œuvres Laïques de l’Isère a été fondée le 27 février 1927. Elle a été déclarée en Préfecture le 28 mai 1927. Elle a été rendue publique par insertion au Journal Officiel de la République Française le 3 juin 1927. En 2004, la Fédération prend le nom de Ligue de l’enseignement Fédération des Œuvres Laïques de l’Isère.


 
L’UFOCEL, à l’origine, avait pour mission d’être un outil militant d’éducation au service des valeurs de la Ligue Française de l’enseignement. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, des films militants sur des thèmes de société étaient projetés de façon itinérante dans les campagnes. Étaient projeté par exemple des films sur la santé et l’hygiène, pour lutter contre l’alcoolisme, les violences faites aux femmes, etc. Le cinéma était un outil d’éducation du peuple.


 
Le changement de nom pour UFOLÉIS (dans les années 50) marque également le changement de vision à l’égard du cinéma dans le mouvement de la Ligue de l’enseignement. Le cinéma est alors vu comme un moyen d’expression, un art à part entière. Le but est dorénavant que les citoyens deviennent des cinéphiles.


 
Sur le territoire de l’Isère, le bras armé de l’UFOLÉIS se nomme OROLÉIS (Office Régional des Œuvres Laïque d’Éducation à l’image et au Son). L’OROLÉIS Rhône Alpes avait deux entités une à Grenoble et l’autre à Lyon. Les OROLÉIS mettaient à disposition des cinéclubs des bobines afin qu’ils les projettent à leur adhérents. Les films avaient plus de 3 ans, les copies étaient en 16 mm. Les billetteries des ciné-clubs ne devaient pas être lucratives pour ne pas concurrencer les cinémas. Dans les années 60, les ciné-clubs ont de plus en plus de mal à subsister, c’est à ce moment-là que les OROLÉIS se posent la question de se développer en salle de cinéma pour pouvoir projeter, eux-mêmes, des films en 35 mm. C’est ainsi que l’OROLÉIS, la F.O.L. de l’Isère aidée par d’autres F.O.L. de la Région Rhône Alpes achètent en 1969 les locaux 3, rue de Strabourg à Grenoble pour construire la salle du Méliès. Parallèlement l’OROLÉIS continue ses activités de prêt de copies et celle des projections itinérantes. En 1983 l’OROLÉIS est dissoute, mais le Méliès continue d’être géré par la F.O.L. 38. En 1989, la F.O.L. de l’Isère rachète les parts des autres F.O.L. pour devenir l’unique propriétaire du Méliès. Et c’est dans les années 85 que le Méliès est labellisé art et essai et développe les projets qu'on lui connaît aujourd'hui.