Accueil > Cinéma le Méliès > Programme > Archives > Cycle Jerry Lewis

Cycle Jerry Lewis : retour sur ces plus grands succès - Juillet et Aout 2013

Le Cycle film par film

Un Galop du Diable de Georges Marshall

à partir du 10 juillet - dès 10 ans

A New York, au cours des années 1920, le joueur et beau
parleur Nelson croise le chemin du bookmaker «Jumbo»
Schneider. Nelson doit beaucoup d’argent, il est menacé de
mort à moins de truquer une course de chevaux dans le
Maryland pour gagner le pactole....

 

VOIR

Artistes et Modèles de Frank Tashlin

à partir du 10 juillet - dès 8 ans

Les deux compères Rick Todd et Eugène Fullstack vivotent
grâce aux comic-strips sortis de l’imagination fertile
d’Eugène, dont son héros invincible : « Vincent-le-Vautour ».
Seizième film du tandem Lewis-Martin. L’une des plus
grandes réussites de ce genre hybride : la comédie
musicale burlesque.


VOIR

Le Tombeur de ces dames de Jerry Lewis

à partir du 24 juillet - dès 8 ans

Quand Herbert H. Heerbert surprend sa fiancée dans les
bras d’un autre, il décide de renoncer aux femmes. C’est
alors qu’il est engagé comme homme a tout faire dans un
foyer de jeunes filles. Pour son deuxième film comme
réalisateur, l’acteur en rajoute sur son personnage
d’adolescent attardé et le confronte à des stéréotypes.


VOIR >

Docteur Jerry et Mister Love de Jerry Lewis

à partir du 24 juillet - dès 8 ans

Le professeur Kelp est un professeur de chimie très
maladroit. Secrètement, il prépare un élixir grâce auquel il
se transforme en crooner séduisant et sûr de lui répondant
au nom de Buddy Love. La fantaisie est totale et
certains gags, ahurissants, n’ont rien à envier aux folies
cartoonesques d’unTex Avery.


VOIR >

 

JERRY LEWIS en quelques dates

1926. Naissance de Joseph Levitch à Newark, dans le New Jersey. Son père est comédien de vaudeville et sa mère
pianiste de cabaret.

 


1942. débuts sur scène dans un numéro de play-back. Le jeune homme reprend le nom de scène de son père, Danny Lewis, et devient Jerry Lewis.

 

1944. Il épouse Patti Palmer, chanteuse d’orchestre, avec laquelle il aura six fils, nés entre 1945 et 1964.

 

1946. Rencontre avec Dean Martin. Alors qu’ils se produisent dans le même cabaret d’Atlantic City, les deux artistes improvisent un numéro : le comique interrompt le chanteur, qui réagit et commente à son tour les maladresses du premier. Le tandem Martin & Lewis est né, qui rencontre rapidement le succès en se produisant partout aux Etats-Unis et devient très populaire grâce à la télévision.

 

1949. Martin & Lewis signent un contrat avec la Paramount. Ils tourneront ensemble 16 films, tout en continuant de se produire sur scène, à la radio et à la télévision, jusqu’à leur séparation en 1956. Parmi leurs films : 1953 : Le Cabotin
et son compère de Norman Taurog

 

1954. Un galop du diable de George Marshall ; 1955 : Un pitre au pensionnat de N. Taurog et Artistes et modèles de Frank Tashlin.


1956. Un vrai cinglé de cinéma de F. Tashlin.

1957. Premier film sans Dean Martin : Le Délinquant involontaire, dont Jerry Lewis est à la fois la vedette et le producteur. A la Paramount, il alterne des films dont il est seulement l’interprète avec ses propres productions, pour lesquelles il s’entoure d’une équipe de collaborateurs réguliers : F. Tashlin (réalisation), Haskell
Boggs et Wallace Kelley (image), Sy Devore (costumes), Walter Sharf (musique). Le style Lewis est né.

 

1960. première réalisation : Le Dingue du Palace

 


1961-1965. parmi les 8 films produits par Jerry Lewis pour la Paramount, il en réalise 5 (dont Le Tombeur de ses dames et Dr Jerry et Mr Love). Les trois autres
sont réalisés par Frank Tashlin.

 


1966. Jerry Lewis crée le téléthon contre la dystrophie musculaire aux Etats-Unis, qu’il anime jusqu’en 2011.
1972. Il entame la réalisation de The Day the Clown Cried, film dramatique sur les camps de concentration, resté inédit à ce jour.


1983. Jerry Lewis interprète The King of Comedy (La Valse des Pantins) de Martin Scorsese et réalise un nouveau film, Smorgasbord (T’es fou Jerry)

 


2013. Soirée hommage au Festival de Cannes, à l’occasion de la sortie de Max Rose de Daniel Noah, qui marque son retour au cinéma après 18 ans d’absence et au Festival de La Rochelle.

 

Pour aller plus loin

Depliant ARDC Jerry Lewis